Ecrire Français, penser créole / Lang fransé, lèsprit kréyol

Publié le par le breton noir

9-22 20A

 

 

Écrire français, penser créole

 

Le poème vient du plus secret, du plus intime, du plus blessé de l’âme. Il ne s’écrit pas avec la langue du présent mais avec celle du vécu que l’on croyait oubliée mais qui circule, comme une rivière souterraine témoigne de ses anciens méandres, au plus profond de nous. J’ai appris le monde en créole ; j’ai appris à marcher en créole ; j’ai appris à parler en créole ; la perception du monde, avec une acuité d’autant plus forte que la petite enfance est avant tout un maelstrom de sensations, me fut offerte avec les mots de la langue créole. Et puis j’ai quitté l’île. J’avais trois ans.  Partir est hélas le sort de beaucoup de créoles.  Ma langue maternelle s’est effacée de mon quotidien et de ma bouche, mais pas de mon esprit. J’affirme même que si je suis poète, c’est pour continuer à penser et d’une certaine manière m’exprimer en créole, avec des mots français, mais ça ne change rien au fait. Voilà pourquoi mon cher Igo Drané, lui le conteur, lui le marqueur des échos-monde, me dit, lorsque nous travaillons ensemble, qu’il ne traduit pas mes poèmes en créole mais qu’il les remet en forme parce que ma langue originelle est là, présente dans le repli des mots. Je pense en créole et j’écris en français. Je n’ai pas de mérite. Cette manière de fidélité m’est nécessaire pour avancer sur mon chemin de vie et d’écriture. 

 

©José Le Moigne

 Août 2012

 

Lang fransé, lèsprit kréyol

 

Fen-fon tjè-ou, la éti pèsonn pépa wè sa ki ta wou yonn, la fondok nanm-ou flandjé épi bles, sé la ou ka trouvé sa kif o pou bay bel-migannag-pawol.

Sé pa lang ou ka palé jòdijou ka sèvi’w pou migannen pawol konsa, sé lang anran-lontan éti ou konpranndi ou bliyé, mé ki la ka woulé-tijé an fen—fon andidan’w menm, memme mannié an larivè-anba latè, ka kité mak-siyak éti i passé.

Man aprann gadé sa ka pasé asou latè, épi an lèsprit kréyol ; man aprann maché, anchouké nan kréyol ; sé kréyol man aprann palé ; pawol kréyol fè mwen pran sans lavi-épi an patjé balan ankò pi potalan, davwé lè’w piti timanmay, avan ou ti tan katjilé-konprann, ou za ka santi anpil bagay tjokanblok. Mi sé la man kitéti-péyi-a. Man té ni twa lanné anlè tet mwen. Awè, chapé sé sa ka atann anlo manmay-kréyol. Kisiswa an lavi-touléjou mwen, Kisiswa an bouch mwen, lang natif-natal mwen disparait kò’y, mé i pa kité lèsprit mwen ; E man ka di, si jòdijou man ka lyannen pawòl, sé pou lèsprit mwen rété adan larel kréyol ek lè’w gadé, pou man bay-lavwa kréyol élyanné i mo lang-fransé, m ésé pa sa ka changé an patat. Mi sé poutji bon zig mwen Igo Drané, li ki majolè, li, ki marjè-pawol-ka-alé-vini toupatou, lè’w wè nou ka travay ansanm, i ka di mwen konsa, i paka anni tiré pwol-lyanné mwen nan lang-fransé pou mété yo nan lang-kréyol, mé i ka viré ba yo potalans-yo, pas prèmié lang mwen, i la, anchouké dèyè chak mo. Lèsprit mwen sé kréyol, mé man ka matjé pawol-fransé. Man pa ka bat lestonmak mwen pou sa. Man bouzwen lyannag tala, pou man bay-douvan an larel mwen, épi matjé pawol mwen.

 

Igo, ba José

 

 

 

 

 

Publié dans Textes

Commenter cet article

flora 05/09/2012 09:52


C'est un très beau texte. Je ressens parfois la même chose avec ma langue maternelle, à cela de près qu'elle n'a aucun lien  -  même lointain  -  avec le français... Et puis,
je ne suis pas poète...


J'ai une question dérangeante: si la nostalgie pour les racines est si forte, pourquoi on les fuit?...

le breton noir 05/09/2012 17:37



Bonjour Roza. Question embarassante pour laquelle je n'ai pas de réponse. Ce n'est pas une fuite, mais un compromis nécessaire avec la vie. Et puis, j'ai la Bretagne.