Hommage à Joseph Zobel / France Antilles

Publié le par le breton noir

 

Zobel, le cœur en Martinique et les pieds en Cévennes

par Alfred Jocksan (agence de presse GHM)Hexagone30.09.2011

La place des Fêtes, à Paris (19e), accueille depuis une semaine la première exposition sur le romancier martiniquais, Joseph Zobel, intitulée « Le cœur en Martinique et les pieds en Cévennes ». Elle est réalisée par l’association Passions partagées, présidée par Patricia Thierry. L’expo raconte l’homme Zobel, en images, en dessins et en mots.
28 panneaux permettent de découvrir le parcours de Joseph Zobel ainsi que son œuvre littéraire et sa création artistique multiple (dessins, aquarelles, ikebanas, poteries, sculptures). Des nombreuses personnes ont fait le déplacement, notamment son fils, Francis Zobel, venu d’Anduze (Gard) en famille. « C’est avec fierté et émotion que je suis là. Les intervenants ont montré qu’ils connaissaient bien mon père, qu’ils l’avaient très bien perçu. » Le cinéaste et réalisatrice martiniquaise, Euzhan Palcy qui a porté à l’écran son roman « La rue cases nègres », est venue spécialement pour découvrir l’exposition et participer à une table ronde sur la vie de l’écrivain avec José Le Moigne, auteur de l’essai, le réalisateur Kamel Kezadri, auteur du documentaire, « Joseph Zobel, d’amour et de silence », le poète Tony Mardaye et le commissaire de l’année de l’Outre-mer Daniel Maximin. Euzhan Palcy 23 ans à l’époque du tournage, se souvient de lui, en curé... Zobel n’a pu revoir la rue cases nègres avant de mourir à Alès en juin 2006. « Il était inconcevable que l’auteur de La rue cases nègres soit absent dans son pays, je ne pouvais pas dormir avec cette pensée là. Quand je le quittais, je disais, il faut qu’il retourne vers cette Martinique qui l’a blessé. Chaque jour, je plantais une petite graine et l’une d’elles a germé. Et Zobel a accepté de revenir avec moi et d’incarner le personnage du curé dans le film. Quand il est retourné à la Martinique, Zobel était heureux. Il a pleuré. Puis, il est retourné à Anduze mais avec un désir profond de revenir et d’acheter une maison. » La musique du flûtiste des mornes, Max Cilla, accompagné de son frère Michel Cilla et de la chanteuse lyrique Danièla Rada, puis les danseurs de Lékol Bèlè Kalennda Danmyé de Paris ont terminé la soirée.
L’exposition le cœur en Martinique et les pieds en Cévennes visible gratuitement au Centre d’animation de la place des Fêtes puis au Centre d’animation Curial, du 3 au 14 octobre, au Centre d’animation Clavel, du 17 octobre au 4 novembre, au Centre d’animation Rébeval, du 5 au 18 novembre, et au Centre d’animation Angèle Mercier, du 30 janvier au 10 février 2012.

Publié dans annonces

Commenter cet article