Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jacques Borel, Prix Goncourt 1965 / Extraits de lettres

Publié le par le breton noir





Jacques-Borel.jpg



Lettres (extraits) de Jacques Borel, Prix Goncourt 1965 ( L’adoration, éditions Gallimard) à José Le Moigne

 

 

 

Bures, le14 août 1988

 

Cher José,

 

            Tout d’abord, merci du plus profond du cœur pour votre très beau, très concis, très émouvant poème et pour son amicale dédicace, à laquelle je suis profondément sensible. C’est peut-être dans votre esprit un « autoportrait », mais je peux vous dire que c’est ma propre image, aussi qu’il reflète.

            « Le Baptême des pierres » est un très beau titre, et les poèmes ( merci pour celui qui m’est dédié) méritent tous, sans aucune flatterie, un autre sort que le « compte d’auteur » …

                                                           Jacques Borel

 

 

Bures le 13 avril 1989,

 

Cher José,

 

            Merci de votre lettre, de vos poèmes inédits — vous n’avez pas perdu le contact « chant » ni le sens de l’image, et, pardon pour ce tour bien involontairement prétentieux, il me semble, du coup, que j’avais « raison » ( ! ) en vous incitant à ne pas perdre avec la poésie et ce chant en vous, irrécusable — …

                                                           Jacques Borel

 

 

            Vous êtes un vrai poète avec un grand sens du chant et de la langue …

* *

*

            Dans tous les poèmes de mesure « régulière » comme le très beau « L’odeur des chiens persiste » ou « Lumières comme cerf », tant d’autres encore …

* *

*

            Ne soyez à l’écoute que de vous-même, de cet habitant des profondeurs en vous qui attend la précaire délivrance, elle-même menacée, de l’écriture. — De tout cœur, Jacques Borel








Pour Jacques Borel

 

 

Tous ces comment

tous ces pourquoi

 

sirènes s’ajoutant

aux cris froids des corbeaux

 

d’aussi loin que la nuit

mesure encore l’hypnose

 

je garde la maîtrise

de l’arrière-saison

 

 

José Le Moigne

Rouen, 24 janvier 1990

In « Des villes par-dessus les saisons »

Editions La Bartavelle 1992

 

 

Commenter cet article

flora 17/03/2010 18:39


J'aime particulièrement la dernière recommandation...
Amitiés: R.