Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Veillée créole / pour Man Anna

Publié le par le breton noir





Dominique-Batraville.jpg

                                                               Lecture croisée, avec Dominique Batraville ( Haïti)
                                                                      Salon du livre Insulaire, Ouessant, août 2004



Là-bas, en Martinique, à l’instant même où mourait Man Anna, la conque de lambi a déchiré la nuit. Le tambourier Tack ! Tack ! Tack ! a rué trois coups secs puis ses mains, Bim-bitack bitack tack ! ont couru sur la peau de cabri. Alors, tremblante et chaude comme une caresse d’alizé, la voix éraillé du conteur a franchi l’invisible pour relayer ma propre voix.  C’était comme une violente montée de sève, une course impatiente et rageuse dans les réseaux de la mangrove, un cri de liberté.

 

                  Yé-Krick !

                  Yé-Krack !

 

         Mesdames et messieurs de la compagnie … bonsoir ! Que la cour se réveille et ouvre sa conscience à la parole de ti-Julien, le fils de notre sœur Anna.

         Répondeurs, répondez !

         Vous en souvenez vous, Mesdames et Messieurs, en ce temps-là l’avion n’existait pas et, qui regardait trop vers l’est et s’embarquait, ne revenait jamais. Anna, la fille de Nestorin, a hélas fait ainsi. Elle n’est pas revenue. Pourtant, Messieurs et Dames de la cour, depuis la nuit des temps, les morts, d’un bord ou l’autre de l’océan, survivent dans nos cœurs. Depuis la nuit des temps, la mémoire vit dans la parole et la parole est immortelle.

 

                  Ecoutez le tambour

Ecoutez l’arbre dans lequel

Jadis on le creusa

Ecoutez le poème.

 

Là-bas, la pluie déchire les paupières. La lumière est si rare que chacun de ses traits, chaque jour un peu plus, comme la pierre d’obsidienne arrache à la poitrine le cœur pantelant pour l’offrir au soleil, enfonce les souvenirs dans le froid de la tombe.

 

         Ecoutez le poème

         Ecoutez le tambour.

                                   

Et répondez à Ti-Julien qui, fidèle à la parole sacrée de ses ancêtres, réclame votre voix.  Ajoutez vos réponds à la pulsion qu’il donne et faites que Man Anna, que sa mémoire fertilise la poussière des mornes, ne soit pas renvoyée, sans un seul mot des siens, à son ultime déchirure.

 

                  Yé-Krick !

                  Yé-Krack !  

 

                                                 Répondeurs ! Répondez !

 

                                            Le maître de parole

 

Je la vois regardant

s’époumoner les jours

dans un rêve de suie

 

Les répondeurs

 

Il n’est bruit que de sang

le cri noir désunit

d’étincelants miroirs

                                                        Le maître de parole

Elle ravive le feu

chaque braise la noue

au ventre du volcan

 

               Les répondeurs

 

La pluie s’ébroue

sur son corps aveuglé

elle ferme le vantail

  

Le maître de la parole

 

En gésine de mer

veut-elle mourir ici

elle suit le balisage

 

Les répondeurs

 

Elle se tient au bornage

de l’épaulée du soir

elle nomme son désir


 Le maître de la parole

 

En cet argile

bien plus profonde qu’infinie

elle sen remet au sel

 

 Les répondeurs

 

Elle tire patience de la nuit

et de son cri

d’écume terrassée


 Le maître de la parole

 

Le pont du crépuscule

appartient à l’orchestre

la lune lave les rêves

 

Les répondeurs

 

Sonnez tambours

rompez l’appel des cabris-bois

annoncez la veillée


 Ensembles

 

Mais la mer

L’espace ouvert à la brûlure

L’écaille des îlets

                                                                                                Yé-é-é krick !
              
                                                                  
Yé-é-é krack !


José Le Moigne
Chemin de la mangrove
éditions L'Harmattan


Commenter cet article

Mu 23/03/2010 00:35



On aimerait rencontrer les Ancêtres, les retrouver après...Je crois que ça se fera !Beau chant du Maître de parole et le répondeur est à la hauteur.
Merci à toi José.



le breton noir 23/03/2010 00:41


Je vis au quotidien avec mes ancêtres de tous bords. je suis un homme du passé et c'est pour cela que je me sens tellement vivant.


kinzy 22/03/2010 17:55


Yé krick
Yé krack
Que la divinité la laisse reposer en paix
Yé krick
Yé krack
Fos fwé mwen .


flora 22/03/2010 10:18


Un grand texte! Déjà...
Amitiés : R. 


le breton noir 23/03/2010 00:43


Merci Rosza.
Amitiés
José


stellamaris 21/03/2010 23:42


Une oraison funèbre absolument magnifique. Quelle puissance ! Toute mon amitié.


le breton noir 23/03/2010 00:42


Que dire de plus, Stellamaris. ce texte, tu l'auras compris, est pour ma Maman morte beaucoup trop jeune dans un pays qui n'était pas le sien.
Amitiés
José