Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Matin

Publié le par le breton noir

 

 

 

Brest-1963.jpg

Brest, Place de La Liberté, 1960

 

L'eau d'une gouttière s'égoutte,

mes pas crissent sur le chaussée mouillée,

des talons claquent,

il fait nuit, il fait froid

une lueur vague

perce à l'horizon ...

Je suis seul sur la route

qui mène au lycée.

 

La boulangerie à l'autre bout du quartier

sent chaud, sent bon,

les haies frissonnent sous le vent froid,

les ombres sont figées ...

Je suis seul sur la route

qui mène au lycée.

 

La pluie redouble d'intensité,

un trolley gronde sur le pont;

l'eau fine, froide, saute les toits;

un point rouge de cigarette passe près de moi,

au loin la ville est allumée ...

Je suis seul sur la route

qui mène au lycée.

 

Mon cœur s’écœure d'infini,

mais le jour va fuser dans sa robe solaire

 

José Le Moigne

1960

(Poème d'adolescence que je ne renie pas. A rapprocher de mon autre texte "Échos de l'île" où je dis la même chose avec beaucoup plus de maturité.)

 

Commenter cet article

sherry 10/05/2011 21:10



Brest en ce moment est en pleine métamorphose, si tu y viens, tu seras surpris. bonne fin de journée



sherry 10/05/2011 09:06



Bonjour José, ce poème est magnifiquement écrit, comme d'habitude chez toi. Merci pour ce partage d'un moment particulier. Bonne journée



le breton noir 10/05/2011 11:07



Merci Sherry. La Place de La Liberté a bien changé, n'est-ce pas?


Amitiés


José