Le seul dans la pièce

Publié le par le breton noir

 

 

 

 

 

  Martinique, habitation Céron, photographie : Christine Le Moigne-Simonis

 

 

 

 

Dis-moi

pourquoi suis-je toujours

le seul dans la pièce

à enrouler son torse d’oripeaux

et le seul à saigner

 

Je n’ai rien demandé

et j’aurais pu me contenter

de n’être qu’une amibe

un tout petit protozoaire

dans la fange du lac

ou ce petit cheval

tranquille au fond du pré

ou ce rien qui se meure

dans l’immense troupeau

des hommes de la tribu

marchant au gré des eaux

et des plaines fertiles

celui qui porte le bouclier

qui selle le palefroi

qui vérifie pour son seigneur

le tranchant de l’épée

qui enfonce jusqu’au menton

son capuchon de bure

et dont les yeux ne lui servent qu’à suivre

la piste du gibier

 

Je n’ai pas demandé

à être à tout jamais le portier de l’absurde

aussi je te demande

comme je le demanderai

à l’oiseau qui trépigne

dans l’ombre de personne

pourquoi

depuis que fut chantée

la présence des corps

à l'aurore des jours

suis-je toujours

et à jamais

le seul de la pièce

 

©José Le Moigne

La Louvière

17 janvier 2011

 

 

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article

flora 18/01/2011 14:22



Je l'ai savouré et re-savouré, la beauté et l'ampleur de l'idée et de la forme si harmonieusement correspondantes...


Amitiés: R.



le breton noir 18/01/2011 17:50



Merci Rosza,


Ecrit spontanément et très peu corrigé


Amitiés


José