Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après tout, on verra bien ...

Publié le



     Pardon à mon amie Muriel pour ces propos blasphématoires, mais je me suis réveillé ce matin avec en bouche cette phrase terrible que je me suis bien garder de prononcer mais que je tiens à rapporter ici :" Je voudrais croiser Dieu pour lui dire qu'il m'emmerde et que je lui demande réparation ".Et surtout que l'on me dise pas, comme je l'ai récemment entendu, que Dieu permet l'existence du mal pour justifier la liberté de l'homme. Foutaise ! Triple foutaise ! Je n'ai pas besoin de Dieu pour savoir ce qui est bien ou ce qui est mal et je ne tiens ma Liberté ( avec une majuscule ) que de moi-même. Je n'ai pas l'intention de pousser plus avant mon propos. C'est assez dur comme cela, la vie. Je laisse cela aux philosophes ... Pas aux théologiens.

A l'apogée du ve
nt
la pluie orchestre la marée

Les grues mélancoliques
agitent leurs bras morts

Dans la cohue des quais
à la pliure de l'eau

le fleuve est sans appel



José Le Moigne
Poèmes du sel et de la terre
L'Arbre à paroles
Belgique
A paraître 2009
 

Commenter cet article

Mu 23/08/2008 22:43

Bonsoir José,La colère et la révolte contre la bêtise et l'injustice, je connais, sans doute pas de la même façon que toi, mais elle est partout sur cette terre. La colère nous rend vivant, mais l'impuissance à changer le monde nous tue. Il faut faire un choix continuer à vouloir changer le monde ou changer notre regard sur le monde. Dieu vomit les tièdes, alors que l'on choisisse l'un ou l'autre, cela lui convient, il suffit pour nous de vivre le moins mal possible. J'ai choisi pour ma part de changer mon regard sur le monde !!! Pas toujours facile !!! Mais je sais qu'en choisissant la vie, l'amour est plus fort, c'est une résistance contre les mauvaises fois.Pour tes ancêtres, je comprends que le sang qui coule dans nos veines est chargé de notre histoire, de même notre corps et notre mental, en nous, cependant, existe une dimension supérieure, élevée vers le divin, qui peut se charger de nous réconcilier avec nous-mêmes et avec notre passé, sans l'oublier bien sûr, c'est ce qui peut nous rendre libre. En Christ, j'ai fait l'expérience de la liberté intérieure.Ce soir ma page de cahier te sera dédicacée.Bisous et à bientôtPS c'est bien vrai que si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer. Peut-être qu'aimer après tout c'est réinventer Dieu et qu'aimer Dieu c'est réinventer l'amour (petit clin d'oeil à mon Arthur)

christine 23/08/2008 16:57




 





Si dieu n'existait pas, il faudrait l'inventerNougé et Voltaire ou....Voltaire et Nougé
[Voltaire]


José 23/08/2008 02:24

Merci Muriel. Tu sais, je ne plaide pas pour l'athéisme. Je n'ai pas cet orgueil; mais je suis en colère. j'ai passé toute ma vie en première ligne et je connais le poids de l'injustice. surtout, je ne veux pas me laver les mains et dire : " J'ai fais ma part, aux autres maintenant ". donc, puisque Dieu ou je ne sais quoi m'a donné le don de la parole, au risque de prendre des coups, j'ouvre ma grande gueule; mais je suis fatigué. Je sais que tu peux me comprendre. N'oublies pas, entre autre, je suis brûlé au fer rouge de l'esclavage ...

Mu 22/08/2008 23:15

Bonsoir José, tu sais, je n'ai rien à te pardonner. Dieu ne permet rien, il sort juste de lui-même pour nous faire un signe et nous rappeler nos frères dans la souffrance à cause de nos frères dans l'égoïsme...Ta colère est bonne et je pense qu'elle devait être justifiée par un individu ou une situation injuste. Quelques fois, je voudrais me mettre en colère, frapper sur la table et dégommer certaines personnes qui me polluent la vie, mais je ne peux plus beaucoup, je n'y arrive plus, j'ai remplacé ma colère par la prière, tu vois, ça rime, j'y trouve une paix et les choses de toute façn finissent toujours par s'arranger, autour de nous. Pour ce qui est du monde, des aberrations et des abominations, je prie aussi pour ne pas tomber moi-même dans le piège de la violence.Quoiqu'il en soit, je te fais de gros bisous et je t'envoie mon amitié fidèle, je n'oublie pas Chris. Mu